Rechercher
  • La rédaction

Deux semaines de continuité pédagogique aux Iles Loyauté : le point avec Wali Wahetra

Mis à jour : mars 24

Comptant une cinquantaine d’établissements publics et privés pour environ 3 000 élèves, la province des Iles Loyauté s’est également mise au rythme de la continuité pédagogique durant ce confinement. Retour sur le fonctionnement de ce dispositif avec Wali Wahetra, élue de l’assemblée de province et présidente de la commission de l’enseignement et de l’éducation.



L’expérience engrangée avec le confinement de 2020 a permis cette année de mettre en place un dispositif de continuité pédagogique avec une certaine réactivité et une meilleure collaboration entre les différents acteurs, indique Wali Wahetra. Fracture numérique oblige, les établissements ont néanmoins dû privilégier un système de pochettes sous format papier qui sont mises à disposition des élèves. En effet, si certains foyers sont pourvus d’équipements informatiques et d’une connexion internet continue, ce n’est pas le cas de la majorité des familles de Lifou, Maré, Ouvéa et Tiga.


Depuis la deuxième semaine de confinement, quatre écoles ont réouvert afin de permettre l’accueil des enfants du personnel en première ligne dans la gestion de cette crise sanitaire. Deux écoles de Lifou (Xepenehe et We) et deux écoles de Maré (Atha et Tadine) fonctionnant grâce à des binômes d’enseignants appelés à permuter.


Concernant le suivi du dispositif, une cellule de crise est opérationnelle et regroupe fonctionnaires et élus de la province, les directeurs des onze secteurs scolaires de la collectivité, ainsi que l’inspecteur des îles épaulé de son équipe de conseillers pédagogiques (rattachés à la Direction de l’enseignement du Gouvernement). La cellule se charge aussi d’apporter une expertise en identifiant les éventuels ajustements ou améliorations suite aux retours de terrain. Elle assure notamment un lien avec les établissements confessionnels et les établissements secondaires qui, quant à eux, relèvent plutôt du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.


Si la continuité pédagogique est nécessaire pour palier à la suspension des enseignements, Wali Wahetra estime tout de même que ce dispositif risque, à l’issue, d’être générateur d’inégalités entre élève. Pour une raison toute simple qui tient à la capacité des familles à assurer au domicile un suivi pédagogique suffisant. Autrement dit, à partir du moment où les parents ne disposent pas des mêmes capacités, il y a inévitablement un impact sur le degré d’implication dans le suivi de l’enfant.


Une problématique parmi d’autres qui donne lieu à une réflexion globale initiée durant ce confinement par les enseignants loyaltiens sur le rôle et la place de l’école dans une société qui, désormais, est en proie à des crises sanitaires pouvant paralyser tout un système éducatif.


Retrouver l’interview de Wali Wahetra contactée par téléphone de Lifou :


72 vues0 commentaire