Rechercher
  • La rédaction

Election du 17ème Gouvernement de la NC : analyse d'une journée pleine de rebondissements

Crédits photo : Congrès de la Nouvelle-Calédonie

Les onze membres du nouveau Gouvernement ont été élus par le Congrès hier après-midi. Une journée qui a réservé son lot de surprises puisque personne n’avait tablé sur un tel scénario. Récapitulatif sur la composition de ce nouvel Exécutif et analyse des premières réactions.


3 ministres pour l’UNI

Les 12 voix des élus du groupe Union Nationale pour l’Indépendance devaient mathématiquement leur conférer 2 ministres. Mais contre toute attente, la liste UNI a obtenu deux voix supplémentaires, celle du Parti Travailliste et une voix des Loyalistes.


Au micro de NC 1ère la radio ce midi, Louis Kotra Uregei apporte trois raisons pour expliquer le choix du PT. La première est un reproche fait à l’UC qui visiblement n’a jamais souhaité se concerter avec le PT pour l’établissement de sa liste. La deuxième tient à l’ADN même du parti et de son organisation sœur l’USTKE, il était donc inenvisageable de soutenir une liste portant la candidature de l’ex patron du MEDEF. Enfin, le responsable originaire de Tiga pointe l’opportunisme d’un candidat [Samuel Hnepeune] inconnu « en tant que militant, ni de l’UC d’ailleurs, ni militant tout court » à l’inverse de Louis Mapou.


Conséquence, l’UNI obtient non pas deux mais trois ministres en les personnes de Louis Mapou, Yannick Slamet et Adolphe Digoue. A noter que pour remporter ce troisième siège, la seule voix de l’élue du PT aurait été suffisante.


3 ministres pour l’UC-FLNKS et Nationalistes et l’Eveil Océanien

Siégeront au Gouvernement pour l’UC-FLNKS et Nationalistes et l’Eveil Océanien, Samuel Hnepeune, Gilbert Tyuienon et Michaël Forrest. En effet, le soutien du PT à la liste UNI n’est pas resté sans conséquence pour le groupe privé d’un 4ème siège qui aurait dû revenir à Vaïmua MULIAVA.


Dès lors, seule la démission de l’un des trois ministres UC permettra à l’Eveil Océanien de retrouver son siège au sein de l’Exécutif. Faudrait-il encore que l’un d’entre eux accepte de démissionner, mais le statut quo semble inimaginable politiquement. Le Comité directeur de l’Union Calédonienne prévu ce samedi à Gamaï (Kaala-Gomen) présagent des discussions tumultueuses.


L’Eveil Océanien privé de ministre

Côté Eveil Océanien, Milakulo Tukumuli dénonce fermement la manœuvre des Loyalistes consistant à reporter une voix pour la liste UNI de sorte à écarter l’élection de V. Muliava. Même si les Loyalistes auraient pu finalement conserver leur voix en raison de la position du Parti travailliste, M. Tukumuli a qualifié ce vote de manœuvre visant à sanctionner son parti et à le « bâillonner » au sein des institutions. Il s’attend ainsi à se voir écarter de la 3ème vice-présidence de la province Sud dans les prochains jours, une énième sanction qui entérinerait le divorce avec l’Avenir en Confiance.


Étonnamment, l’UC explique le report de voix des Loyalistes tout autrement. Les violons ne sont, semble t-il, pas du tout accordés avec l’Eveil Océanien. Interrogé aujourd’hui sur Radio Djiido, Pierre-Channel TUTUGORO prétend que l’UNI aurait négocié avec l’Avenir en Confiance pour consolider leur candidat à la présidence et asseoir une base de discussion sur l’indépendance en partenariat. Une analyse assez bancale de la part du secrétaire général de l’UC puisque dans un tel cas l’AEC aurait dû voter la candidature de Louis Mapou hier soir. Il semble, en outre, politiquement difficile pour l’AEC d’entrevoir des discussions sur une indépendance en partenariat au regard de ses positions fermes et radicales en faveur du maintien de la Calédonie dans la France. L’objectif des loyalistes était donc bien de sanctionner l’Eveil Océanien.


4 ministres pour l’Avenir en Confiance

Sans surprise, l’Avenir en Confiance décroche 4 sièges au bénéfice de Thierry Santa, Yohan Lecourieux, Christopher Gygès et Isabelle Champmoreau, seule femme sur les onze ministres nouvellement élus. La liste aurait néanmoins dû comptabiliser 19 voix (18 voix de l’AEC et 1 voix de Génération NC). Mais, comme évoqué ci-dessus, un élu a volontairement apporté son vote pour la liste UNI au détriment de l’Eveil Océanien. Sur sa page Facebook, Nicolas Metzdorf a immédiatement répondu aux propos de Virginie Ruffenach et de Milakulo Tukumuli « laissant entendre dans les Nouvelles Calédoniennes d’aujourd’hui que c’est Génération NC qui aurait apporté sa voix à l’UNI ». Ambiance ! En tout cas, il y a fort à parier que le « coupable » ne se dénoncera pas d’ici là.


1 ministre pour Calédonie Ensemble

Calédonie Ensemble retrouve son unique siège au Gouvernement désormais occupé par Joseph Manaute. Une bouffé d’oxygène pour le groupe au Congrès tant les relations avec Philippe Germain s’étaient complexifiées depuis 2019.


Pas de président du Gouvernement

Hier soir, les ministres accompagnés du haut-commissaire se sont réunis pour procéder à l’élection du nouveau président du Gouvernement. Trois candidatures en lice : Thierry Santa qui a recueilli 4 voix, Samuel Hnepeune 3 voix et Louis Mapou 3 voix également. Comme pressenti, les indépendantistes n’ont pu trouver d’accord sur une candidature commune. Calédonie Ensemble a, quant à lui, expliqué son abstention par voie de communiqué. Pour le parti de Philippe Gomes, il était inenvisageable d’accorder sa voix à T. Santa étant donné la situation dans laquelle l’AEC a plongé le pays.


Selon nos sources, le haut-commissaire devrait convoquer une nouvelle réunion lundi. En attendant, le Gouvernement démissionnaire continue d’expédier les affaires courantes.


90 vues0 commentaire