Rechercher
  • La rédaction

Hausse des tarifs pour les cantines scolaires du Grand Nouméa. Décryptage.

Crédits photo : Outremers 360°

Cette semaine, c’est la rentrée scolaire pour près de 30 000 écoliers de l’enseignement public et comme chaque année les Calédoniens doivent faire face à d’énormes dépenses. L’une d’entre elles a pour don d’irriter les portefeuilles en raison de son coût en perpétuelle augmentation sans pour autant que des explications précises parviennent des mairies. Il s’agit bien évidemment des tarifs de la cantine scolaire avec, en tête de peloton, les quatre mairies du Grand Nouméa. Décryptage.


A Nouméa, le constat est amer. Les nouveaux tarifs pour l’année 2021 ont fait l’objet d’une récente polémique suite à l’alerte de l’APE école E. Risbec sur sa page Facebook. On y apprend que pour un enfant scolarisé non-boursier, le prix du repas sera désormais facturé 990 CFP au lieu de 820 CFP en 2020. Une différence non négligeable faisant passer le coût annuel de la cantine de 108 000 à 135 700 CFP en un an (+25,3%). Et pour les familles dénombrant au moins deux enfants scolarisés non-boursiers, le tarif préférentiel a été supprimé pour que tout le monde soit logé à la même enseigne. L'article publié par NC la 1ère le 22 janvier dernier indique, en outre, que les familles d’enfants boursiers seront désormais mises à contribution à hauteur de 100 CFP/repas pour, au total, un coût annuel de 13 700 CFP.


La mairie justifie cette nouvelle grille tarifaire par les difficultés que connaît le budget communal suite à la baisse des dotations versées par la Nouvelle-Calédonie. La restauration scolaire n'a visiblement pas été épargnée par les coupes budgétaires, un choix politique immédiatement condamné par l’opposition.


A Dumbéa, les tarifs sont également à la hausse. Pour un enfant non-boursier, le coût annuel s’élève à 123 300 CFP, soit une augmentation de +1800 CFP en un an. Comme pour Nouméa, le tarif préférentiel applicable aux ménages ayant au moins 2 enfants scolarisés non-boursiers a été supprimé. Les familles d’enfants boursiers seront eux aussi mises à contribution à hauteur de 100 CFP/repas.


Au Mont-Dore, idem. Le tarif annuel pour un enfant non boursier passe de 120 825 à 122 615 CFP (+1790 CFP) et les familles d’enfants boursiers devront, comme pour Nouméa et Dumbéa, mettre dorénavant la main au portefeuille et régler 13 800 CFP de cantine pour l’année.


A Païta, les tarifs 2021 sont inférieurs à ceux pratiqués par les 3 autres communes de l’agglo. Pour un élève non-boursier, le coût annuel s’élève à 109 600 CFP contre 55 600 CFP pour un écolier bénéficiant d’une prise en charge partielle de la CAFAT. Nous n’avons malheureusement pas eu les tarifs applicables en 2020 de manière à comparer les écarts.

Quoi qu’il en soit, il devient urgent pour ces mairies de revoir le mode de gestion des cantines qui aujourd’hui représente un coût astronomique pour les familles. Plusieurs pistes pourraient être explorées et donner lieu à des études : la pertinence d’externaliser la confection des repas auprès de prestataires privés comme aujourd’hui avec Newrest, La Niçoise ou La Casserolette, la mutualisation des moyens à l’échelle intercommunale (création d’une centrale d’achat par exemple), la création d’un service public intercommunal de restauration collective ou la mise en place d’une réelle fiscalité communale pour donner plus de moyens aux mairies.


Car à l’heure où la vie chère apparaît comme un fléau visiblement difficile à solutionner, les tarifs exorbitants des cantines demeurent un réel problème pour les ménages calédoniens et tout particulièrement les plus vulnérables. Des témoignages affirment que, faute de moyens, de nombreux parents sont contraints d’improviser le déjeuner de leurs enfants aux abords des écoles. Intolérable pour un pays comme le nôtre dirait-on. En effet, comment aspirer à un destin commun quand de telles disparités existent dès l’école primaire et touchent nos enfants en début de leur apprentissage scolaire.


Nul doute que ce sujet donnera lieu à de nouvelles polémiques. D’ici là, la rédaction souhaite à tous nos enfants du pays une bonne rentrée 2021 et rien que la réussite pour cette nouvelle année.


(Ndlr : Les tarifs applicables pour l'année 2021 sont disponibles sur le site internet des mairies ou sur leur page Facebook officielle).

1,201 vues0 commentaire