Rechercher
  • La rédaction

L'EX PATRON DU MEDEF-NC BRIGUERAIT LA PRESIDENCE DU GOUVERNEMENT : PORTRAIT

crédits photo : MEDEF-NC

Né en 1961 à Xepenehe (Lifou) et 7ème issu d’une fratrie de 10 enfants, le jeune Samuel débute son parcours scolaire sur son île natal puis rejoint Nouméa pour être scolarisé au collège de Rivière Salée et au Lycée Lapérouse. Il poursuit ses études supérieures à Grenoble avec un DUT carrière juridique et un DEUST relations sociales en entreprise. Il entame sa carrière professionnelle en hexagone au service RH de la société publique EDF-GDF. De retour au pays, il intègre la BCI avant de devenir directeur des affaires économiques de la province des îles Loyauté. Il prend, par la suite, la tête de la SODIL (SEM de la province des îles) et la présidence de la société Sudîles, armateur du Betico. Depuis 2013, il occupe la fonction de PDG d’Air Calédonie, une société anonyme dont le capital est détenu en majorité par la Nouvelle-Calédonie.


Le 17 juin 2020, contre toute attente, Samuel Hnepeune est élu président du MEDEF-NC alors qu’une bataille faisait rage entre deux tendances représentées par la liste « Uni Medef » dont il est issu et la liste « Medef 2.0 » conduite par Divy Barta. Hnepeune est alors présenté comme une candidature unissant l’ensemble du patronat pour faire face aux défis qui attendent le monde économique.


Son passage à la tête du MEDEF-NC a tout particulièrement été marqué par ses prises de position à l’encontre des actions menées par le Collectif « Usine du Sud = Usine Pays » mobilisé sur le dossier de l’usine de Goro. Le 30 octobre d’abord, lorsque S. Hnepeune dénonçait par voie de communiqué les propos tenus par un responsable du FLNKS à l’encontre d’Antonin Beurrier.


« Suite aux propos outrageants du président de l’UPM, Victor TUTUTGORO, à l’encontre du PDG de VALE-NC, Antonin BEURRIER, le MEDEF-NC tient à réagir vivement en apportant tout son soutien à un de ses adhérents ».


Puis, le 3 décembre lorsqu’au nom du MEDEF, S. Hnepeune appelait le patronat et les organisations professionnelles à manifester devant le haut-commissariat contre le blocage du Port-autonome organisé par les militants du Collectif.


Enfin, au travers de la plateforme NC ECO dont il a été à l’initiative où lors d’une réunion à la CCI le 5 février dernier l’ex patron du MEDEF pointait le laxisme des autorités et dénonçait publiquement les actions du Collectif :


« Aujourd’hui nous on reste dans la légalité et on serait pénalisé, par contre il y a des exactions et tout va bien « (extrait JT NC 1ère du 5 février 2021).


A y regarder de plus près, le profil et les positions de S. Hnepeune révèlent une très grande proximité avec le monde économique et une certaine distance vis-à-vis de la sphère politique et notamment du mouvement indépendantiste. Rappelons-le tout de même, à l’occasion d’une interview consacrée à ACTU NC (n° 213 du 19 avril 2018), le PDG d’Air Calédonie déclarait à propos du 1er référendum « c’est une date qui m’ennuie car c’est une étape qui freine l’initiative économique et qui fait beaucoup de mal à l’économie du pays ».


Au final, les acteurs économiques locaux et le patronat pourront peut-être trouver en un Samuel Hnepeune président du Gouvernement ce relai tant attendu au sein des institutions du pays.

216 vues0 commentaire