Rechercher
  • La rédaction

LA CALEDONIE RECONFINEE : QUELLES DIFFERENCES AVEC LE CONFINEMENT DE 2020 ?


Voilà maintenant 24 heures que la Nouvelle-Calédonie est plongée dans un nouveau confinement général après la découverte de 9 cas positifs en lien avec le patient détecté fin février à Wallis-et-Futuna. Quasiment un an après le 1er confinement, les Calédoniens sont encore une fois contraints de respecter une batterie de mesures liberticides. Mais quelles différences avec les règles du 1er confinement ?


En fait quasiment aucune. Les déplacements dérogatoires nécessitant une attestation sont identiques auxquels a été rajouté le cas des déplacements vers « un centre de vaccination contre le virus du covid-19 ». Idem pour la liste des commerces dont l’ouverture est autorisée, la liste des établissements ne pouvant plus accueillir du public (musée, restaurants, bars, discothèques, nakamals…), la liste des établissements d’enseignement et des établissements d’accueil des enfants et des personnes en situation de handicap également touchés par une mesure de fermeture.


Il n’y a également plus de manifestations sportives et les installations publiques et privées dédiées ont été fermées.


S’agissant des transports, la desserte aérienne et maritime vers Belep, les Iles loyauté et l’Ile des pins a été suspendue tout comme le réseau de bus Raï. Sauf exceptions, les activités et déplacements dans les eaux maritimes intérieures ou territoriales sont interdits. Le Gouvernement a également décidé de suspendre à compter de ce jeudi l’ensemble des vols internationaux à destination de la Tontouta. Interdiction donc d’entrer dans le pays mais pas d’en sortir. Seule exception, l’arrivée de deux vols en provenance de Sydney (évasanés) et de Wallis-et-Futuna (retour de résidents Calédoniens partis en mission professionnelle) avec des passagers qui seront évidemment soumis à une quatorzaine obligatoire.


L’unique grande nouveauté de ce confinement concerne l’obligation du port d’un masque de type chirurgical ou UNS1 lors des déplacements dérogatoires. Selon le Gouvernement, la disponibilité de ces masques grâce à l’existence d’un stock suffisant permet d’instaurer aujourd’hui cette mesure pour limiter de manière efficace la propagation du virus. Pour permettre à tous les Calédoniens de s’en procurer à temps, cette obligation entrera donc en vigueur qu’à compter de samedi. On ose imaginer que la mesure donnera lieu à de nombreux contentieux comme en métropole.


Dans tous les cas, les règles applicables pour ce nouveau confinement n’octroient aucune facilité de déplacement pour les Calédoniens déjà vaccinés. Pour rappel, le pays a bénéficié de près de 22 000 doses de vaccins avec, à ce jour, environ 8 000 personnes ayant reçu la première injection et 2 600 personnes la seconde. Pour autant, les autorités n’ont pas souhaité créer pour les personnes vaccinées une sorte de « passeport vaccinal » ou de « pass sanitaire » leur permettant de circuler plus librement. L’idée avait jailli en métropole fin 2020 lors d’un projet de loi mais très vite abandonnée suite à de nombreuses critiques.


Quelle que soit la durée de ce confinement, la facture risque d’être encore une fois salée pour la Nouvelle-Calédonie. Rappelons que le premier confinement a déjà coûté un prêt contracté auprès de l’Agence française de développement (AFD) à hauteur de 28 milliards de francs et dont le remboursement ne débutera qu’en 2022. Cet après-midi, le Congrès a prolongé le dispositif spécifique de chômage partiel covid-19 sans pour autant bénéficier de perspectives budgétaires suffisantes au regard du contexte financier et politique (crise des finances publiques, pas de Gouvernement de pleine exercice, une tutelle budgétaire inévitable au 31 mars…). 2021 risque bien d’être une année éprouvante pour le pays même si à cette heure-ci l’expression selon laquelle « la vie n’a pas de prix » prend tout son sens.

161 vues0 commentaire